Articles Tagués ‘Désobéissance civile’

Censure internet, astreintes, coupure d’eau, and co.

Ça y est, suite à l’article « Réducteur de débit sur votre compteur d’eau..? Racket? » paru sur ce blog en juin, l’AIEC attaque avec l’artillerie lourde, je ne vais pas donner de détails, ni commenter ces citations à comparaître, puisque la personne concernée passe en référé à Marche-en-Famenne le 17 novembre ET à la justice de paix le 18..!

02147098-photo-censure-internet-web-chine.jpg

.

Voici juste un petit résumé des « demandes » de L’AIEC:

Pour le 17 en référé:

– Suppression de l’article « Réducteur de débit sur votre compteur d’eau..? Racket? » sur Page de suie, avec une astreinte de 1.000€ par jour de présence..!

2.500€  d’astreinte chaque fois qu’il y aura « détournement » du réducteur de débit..!

– Saisie de sa pompe hydrophore et de sa citerne au domicile du camarade et vente de ceux-ci au bénéfice de L’AIEC..!

.

Pour le 18 en Justice de paix:

– Coupure définitive de la fourniture d’eau..!

– Payer 5.000€ de « dommages et intérêts » à l’AIEC..!

– Payer 3.092€ plus intérêts à L’AIEC..!

■  ■  ■

Voici des extraits des citations… édifiants de prétentions :

Pour le 17 nov en référé…

citation 17 nov

citation 17 nov 2

Et pour le 18 nov en Justice de paix…

citation 18 nov

citation 18 nov 2

Ah oui… Coûts de ces deux courriers mal photocopiés déposés dans la boite..? 547€!

Publicités
« Groupement des distributeurs d’eau » vs  Page de suie..?

On se souvient qu’en juin des photos nous étaient parvenues, montrant comment retirer la pastille faisant office de réducteur de débit, placée par les distributeurs d’eau chez ceux qui ne peuvent plus payer la dite eau… au prix du whisky 12 ans d’âge. Apparemment cela a remué le cocotier – et la merde par la même occasion – , car les compagnies d’eau contre-attaquent.

– Voici ce que qui c’est passé le 17 septembre:

Une plainte a été déposée pour « vol avec effraction commis entre le 26 juin 2014 et le 17 septembre 2014 », et ce, suite au passage le 17 de ce mois des ouvriers de l’AIEC, accompagnés d’un « responsable », d’un « directeur » et… d’un flic!

Ils étaient venus constater que j’avais pour la seconde fois retiré la pastille faisant office de réducteur de débit sur mon compteur. Bien entendu qu’elle n’était plus là, la garce! Ils venaient surtout pour en replacer une nouvelle AVANT le compteur, pour que : « vous ne puissiez plus la retirer sans faire une inondation chez vous…« 

J’ai quand même gentiment fais remarquer à ce môssieur que tout ce qui se fait… se défait! Et que même si ça risque d’être ardu, cette pastille ne vivra pas plus longtemps que les deux premières, ce qui ne l’a pas fait rire du tout… Mes arguments sur la valeur essentielle et la gratuité de l’eau les ont également laissé de marbre.

Après leur départ, j’ai regardé comment faire, constaté que seule une coupure d’eau me permettrait d’accéder à cette maudite pastille. Après un essai infructueux, on s’est dit qu’il suffisait de couper la vanne du village de nuit, puisqu’on sait où elle se trouve et que le travail ne prend que deux minutes chrono.

Mais comme dans le même temps j’ai trouvé une pompe hydrophore et une cuve plastique de mille litres, le problème était réglé, le bras de fer avait assez duré, s’ils veulent jouer au plus c…, je leur laisse volontiers la « victoire ».

– La convocation chez les flics le 29 septembre et les « révélations »:

Je suis convoqué ce lundi afin de « m’expliquer » sur cet horrîiible, sur cet infâaame vol avec effraction. C’est lors de la discussion et de l’exposé de la plainte et des plaignants avant le PV, que j’apprends en fait que le jour même où les ouvriers de l’AIEC sont passé la première fois en juin, ils ont, en rentrant au dépôt, fait un rapport disant texto: « il faut rapidement aller vérifier parce que, celui-là, il devait déjà être en train de retirer la pastille cinq minutes après notre départ« , deux beaux mouchards. Donc l’AIEC m’a dans le collimateur… Mais ce ne sont pas les seuls, et je ne suis pas la seule cible.

Dans le même temps, peu après la parution de l’article « Réducteur de débit sur votre compteur d’eau..? Racket? » sur Page de suie, la SWDE (Société Wallonne de Distribution d’Eau) a quant à elle repéré l’article et les photos et on imagine aisément que ça n’a pas dû leur plaire. Ils ont imprimé et envoyé le dossier aux autres sociétés nommées dans l’article (et particulièrement à l’AIEC) pour savoir qui était ce « salaud de pauvre » qui ose inciter à la fraude, au droit à la dignité, à l’atteinte à la sacro-sainte propriété…

Ils ont fait le rapprochement avec le rapport des deux fontainiers et le fait que le Dethy, qui a signé la lettre de menace de pose de réducteur (lettre publiée sur l’article PDS), est en place depuis peu et n’en a signé qu’une poignée…

D’où leur passage en force le 17… et la plainte groupée de tous ces distributeurs d’eau – aux salaires honteusement mirobolants.

Donc en résumé d’après le flic et la plainte, un groupement de ces distributeurs d’eau, 1° porte plainte pour « vol avec effraction » (ou tout autre reformulation que lui donnera le magistrat) et 2° ce même groupement demande… exige, le retrait de l’article et des photos de Page de suie « Réducteur de débit sur votre compteur d’eau..? Racket? ».

– Voici la copie du PV de notre camarade, sorry c’est écrit en flic, hein… (et c’est volontairement que le classique « je n’ai rien à déclarer » fut laissé de côté cette fois-ci) :

PV auditionb AIEC 29-09-14 PV audition AIEC 29-09-14 verso

Donc vous l’aurez compris, cet article et ces photos ne sont pas près de disparaitre… Il a jusqu’ici été consulté 1780 fois et les photos téléchargées miiiîiiille fois, n’hésitez pas à les partager outrageusement et joyeusement.

Édit du 04 novembre:

La personne ayant fait parvenir ces photos et ces documents ayant de sérieuses menaces judiciaires – citation en référé et autres – , avec astreintes de 1.000 € par jour de présence de cet article, il va probablement être supprimer sous peu…

Après de nombreuses péripéties avec le cirque judiciaire habituel – AIEC, S.W.D.E., C.I.L.E – , tribunaux, avocats, reports, conclusions, civil, pénal, chambre du conseil etc… revoici enfin l’article censuré, marre d’attendre la fin de cette comédie..! Advienne que pourra… Et savourez bien cet article, car il est sous astreinte de 500€ par jour de présence sur ce site..! Il est en l’état, j’ai juste retiré les termes « insultants ».

■ ■ ■

Paye! Ou je place un réducteur de débit qui empêchera de fonctionner ta machine à laver, ton chauffe-eau, ton WC, ton lave-vaisselle, ta chaudière, et qui te permettra tout au plus d’avoir un minuscule filet d’eau froide..!

filet d'eau

Il est des besoins essentiels dans la vie, l’air et l’eau en font partie. Et ces besoins vitaux, il ne viendrait à personne l’idée de les restreindre… à personne, vraiment?

Alors c’est que vous ne connaissez pas la Belgique! Car chez nous, si la loi ne permet de couper l’eau à une famille que sur décision du juge de paix – et ces juges sont rarement favorables à cette dernière extrémité, même lorsqu’il y a de sérieux arriérés de retard envers les sociétés distributrices – , nos chères SWDE, CILE, AIEC, Vivaqua et autres, ont trouvés une façon odieuse de contourner la loi au détriment des plus fragiles, des plus pauvres d’entre nous.

Le réducteur de débit est la dernière innovation de nos distributeurs d’eau. En effet, la loi considère que l’eau est un besoin vital, il est donc très difficile et coûteux pour ces sociétés de faire couper l’eau et de récupérer les impayés… Or des impayés, il y en a de plus en plus, il y aurait 141.000 ménages belges qui n’arrivent plus à payer leurs factures d’eau..! Il faut rappeler aussi que l’eau – la vie – a augmenté de 70% en 7 ans en Wallonie, soit 10% par an, et qu’elle vient encore d’augmenter ces jours-ci!

Moralité, si ils veulent être payé, il faut un moyen autre que la coupure… Donc, il ne leur reste que le chantage, « le racket » (extorsion d’argent ou de biens matériels par l’intimidation)..!

Mais, car il y a un mais… le belge est connu pour être « un grand fraudeur devant l’éternel », comme on dit! Aussi, les malheureuses victimes de ce quasi racket honteux auront vite fait de remarquer que sous ce terme impressionnant de « réducteur de débit », se cache en fait une ridicule pastille de plastique à deux cents, bêtement perforé d’un minuscule trou afin de ne laisser passer que quelques gouttes d’eau, de façon à pouvoir joyeusement contourner la loi et vous forcer à payer!

Aussi c’est avec un plaisir non dissimulé que je vais vous montrer comment rétablir la dignité humaine, que vous refuse les sociétés distributrices et la justice d’état, et ce, grâce aux photos que l’un d’entre vous m’a joyeusement fait parvenir.

Sachez que c’est à la portée de n’importe qui, que votre compteur soit à la cave ou à l’extérieur, et qu’il ne faut pas d’outils professionnels. En cinq minutes c’est réglé, tout refonctionne à la maison!

Voici comment faire: En premier… pensez à couper l’eau!

Retirer une pastille de réducteur de débit 1

Retirer une pastille de réducteur de débit 2
Retirer une pastille de réducteur de débit 3
Retirer une pastille de réducteur de débit 4

Retirer une pastille de réducteur de débit 5

Retirer une pastille de réducteur de débit 6

Retirer une pastille de réducteur de débit 7

Retirer une pastille de réducteur de débit 8

Retirer une pastille de réducteur de débit 9

Retirer une pastille de réducteur de débit 10

Retirer une pastille de réducteur de débit 11

Retirer une pastille de réducteur de débit 12
Retirer une pastille de réducteur de débit 13

J’espère que c’est clair, au moindre doute n’hésitez pas à posez la question

■ ■ ■

Ah oui, ne comptez surtout pas sur la solidarité entre prolétaires, hein! Les mecs qui se pointent chez vous, vous diront texto : « c’est dégueulasse, on est fontainiers nous, pas huissiers! Ce matin une maman pleurait avec son gamin de trois ans dans les bras… » Là, vous vous dites « ça y est, je suis tombé sur un brave type qui va pas vouloir le mettre… » NAAAN! Car c’est à ce moment-là qu’il prend ses outils et dévisse l’écrou, et vous comprenez alors qu’il l’a mis sans scrupules chez cette maman en pleurs..! En discutant gaiement avec son pote, il vous expliquera que c’est son job, qu’il n’a pas à se poser de questions et qu’il fallait payer… « vous comprenez, plus d’un quart des gens ne payent plus leurs factures d’eau, si ça continue on va se retrouver au chômage aussi, nous. » On apprendra même dans le second article qu’ils ont dénoncé sans remords la personne qui a envoyé les photos, et ce avant même que la pastille ne soit enlevée!!! Aussi faites attention à ce que vous leur dites…

Ces délateurs feraient mieux de prendre exemple sur Marc qui bosse pour Veolia en France, où ces réducteurs sont maintenant interdits… Faut il toujours obéir – Licencié pour ne pas avoir coupé l’eau ou sur les Robins des bois de l’EDF, ce sont une soixantaine d’agents EDF qui en un an et demi ont rebranché quelque 2.000 foyers en Gironde..!

■ ■ ■

Contrairement à ce qu’ils affirment dans l’article de La Meuse ci-dessous, et notamment à la région wallonne pour qu’elle donne son accord, ce n’est pas 50 litres par heure! Mais bien un très mince filet à la limite de la goute, et si une chasse ou le robinet du garage fuit… ils prennent tout et vous n’avez que quelques gouttes au robinet… Mais on vous a pas coupé hein! On respecte la loi!
Un mince filet d’eau pour les mauvais payeurs: la SWDE va installer des limiteurs de débit – lameuse.be

courrier-placement-rc3a9ducteur-de-dc3a9bit1

courrier-placement-rc3a9ducteur-de-dc3a9bit-2

 Édit du 29 septembre 2014:

Suite à une plainte des sociétés distributrices d’eau et leur passage accompagné des flics, le feuilleton continue : Réducteur de débit 2… Le retour!

 Édit du 04 novembre 2014:

La personne ayant fait parvenir ces photos ayant de sérieuses menaces judiciaires – citation en référé et autres – , avec astreintes de 1.000 € par jour de présence de cet article, il va probablement être supprimer sous peu…

Édit du 02 juin 2015:

Bon, ben voila… Enfin le dénouement de cette merde. Ce matin au tribunal avec 35 min de retard, est arrivé Maîîîître Gillet, conseil de l’AIEC. Le cliché type du baveux imbus de sa personne qui s’attend à ce que le juge soit intransigeant, et prenne ces rêves de condamnation pour argent comptant. Le plus marrant la-dedans, c’est qu’il a commencé sa plaidoirie en précisant qu’il se présentait en personne – et non un(e) jeune stagiaire corvéable à souhait, lorsqu’on sait que c’est juste pour demander un report au rôle – à la demande express de l’A.I.E.C., vu la gravité de la situation. Aaah, orgueil quand tu nous tiens…

Il aurait mieux fait d’envoyer la stagiaire, car de mémoire d’anar fréquemment devant des tribunaux… je n’ai jamais entendu de baveux aussi incompétent..! Le plus marrant, c’est qu’il travaille pour le Cabinet Cheffert, dont l’associé principal Jean-Marie Cheffert (bourgmestre de Ciney) est administrateur de… l’A.I.E.C., mais ne pratique plus en tant qu’avocat.

J’ai pu exprimer les motivations politiques de mes actes au juge de paix De Brabant, ma position sur l’eau, et la vilenie de ces sociétés de distribution d’eau qui se moquent ouvertement de la dignité humaine, et des juges – ceux qui refusent de couper l’eau du moins – en installant ce réducteur de débit, qui revient au même qu’une coupure.

Jugement le 28 juillet…

■ ■ ■

Et pendant ce temps-là, en Irlande…  200.000 citoyens descendent dans la rue parce que l’état veut leur faire… payer l’eau de consommation! « Payez pour de l’eau??? Ça va pas la tête..? » Ils ont tout compris ces irlandais, pas comme nos moutons belges qui ne savent que baisser la tête!

L’article : « Fin de la gratuité de l’eau en Irlande : 200 000 Irlandais dans la rue »

De terroriste à héros planétaire

Alors là, je ne comprends plus rien. Les hommages hypocrites pleuvent sur la tombe de « Madiba » comme s’il était un héros pour tous. On oublie presque ou on feint d’oublier qu’il n’a jamais été du même du bord que les oppresseurs, ni parmi leurs mercenaires de réserve. Rappelons que Madiba a toujours été du côté des opprimés, qu’il a été un fervent défenseur de la cause palestinienne. Rappelons aussi que l’ANC a été considéré comme une organisation terroriste par les Américains et la plupart les pays occidentaux, que tous les états réputés racistes, colonialistes et criminels collaboraient en bonne intelligence avec le régime d’apartheid. L’Occident hégémonique a perdu sa guerre abjecte contre un mouvement de libération, mais l’occident, comme à son accoutumée, récupère tout ce qu’il peut des symboles de ses adversaires pour en faire de la quincaillerie au service de sa doctrine des bonnes intentions. On efface l’image du révolutionnaire qui défendait la légitimité de résister à l’oppression par tous les moyens, y compris par la lutte armée, pour ne retenir que l’homme de paix ; on occulte son soutien à la cause palestinienne sous la figure d’une Pop star courtisée et prise en photo aux côté de tous les grands hypocrites en mal de reconnaissance. Mais toute l’idéologie sous-jacente à cette récupération n’effacera jamais le vrai sens du combat de Madiba pour la liberté et la dignité de son peuple»

Madiba, de son nom tribal signifiant « le fauteur de troubles », est mort. Lorsqu’un homme de 95 ans disparaît, on dit qu’il a eu « une belle vie ». Mais peut-on affirmer cela au vu du parcours de Nelson Mandela ? Non. Celui qui, enfant, labourait et gardait les moutons au Transkei, bantoustan[i] des anciennes provinces du Cap, ne profita pas pleinement de ses années d’existence. Combattant pour la liberté, il paya 27 ans de la sienne pour obtenir celle des autres. Qualifié de  « terroriste » au milieu sa vie, il l’achève en « héros de l’humanité ». Le tout dans un barnum médiatique hypocrite confortant une grave amnésie politique …

Nelson Mandela, matricule 446-64 à Robben Island

Nelson Mandela, matricule 446-64 à Robben Island

Aujourd’hui, le monde entier salue le départ d’un homme d’exception. Plus discrètement, beaucoup témoignent de son immense fierté, de son allure de dandy, de sa susceptibilité, de son arrogance lors de ses études de droit à Johannesburg. Mais ses camarades de l’époque expliquent cette fierté comme une réaction aux humiliations subies dans un système ouvertement raciste. Une de ses amies se souvient de son indignation dans le bureau où il effectuait son stage d’avocat, où la ségrégation allait jusqu’aux tasses de thé : des tasses spéciales pour les blancs et des tasses plus laides pour les noirs, peu importe leur statut…

Mandela est donc le fruit d’une indignation et décide de désobéir face à l’injustice. Il s’est farouchement battu pour les revendications légitimes de sa population : le droit au logement, à la liberté d’expression, à l’égalité. Mandela a lutté pour que l’Afrique du Sud appartienne à tous ceux et celles y vivent : noirs, blancs, métis, Indiens. Il a milité afin que le peuple gouverne, qu’il profite des richesses du pays, que tous les citoyens soient égaux en droits, pour que l’éducation et la culture soient accessibles à tous, que la sécurité et l’emploi soient assurés. Il voulait que les Blancs comprennent que leur propre avenir, leur propre liberté seraient garantis à condition  qu’ils donnent la liberté aux Noirs et partagent avec eux le pays.

Est-ce bien cet ardent défenseur de la liberté qui est aujourd’hui salué par Marine Le Pen ? La fille de Jean-Marie qui, président du FN en 1990, déclarait à la libération de Mandela : « Cela ne m’a ni ému, ni ravi. J’ai toujours une espèce de méfiance envers les terroristes, quel que soit le niveau auquel il se situe »[ii] ? Est-ce bien cet homme, combattant pour l’égalité, qui est aujourd’hui salué par le Premier ministre britannique, David Cameron, digne héritier de Margaret Thatcher ? Celle qui affirmait : «l’ANC est une organisation terroriste type… Quiconque croit qu’elle va gouverner l’Afrique du Sud est dérangé» et qui, par ailleurs, n’a jamais soutenu l’égalité en quoi que ce soit ? S’agit-il aussi du même Cameron qui se rendit en 1989 en Afrique du Sud, pour le compte « d’une société chargée de faire du lobbying contre les sanctions imposées au régime sud-africain qui pratiquait alors l’apartheid »[iii] ? Est-ce encore Mandela qui est désigné comme « un résistant exceptionnel » par l’impopulaire président François Hollande ? Alors que la résistance du leader de l’ANC fût également tournée contre la France qui a soutenu durant des décennies l’apartheid sud-africain ?

Est-ce toujours ce militant pour la Justice qui reçoit un hommage virtuel de la part d’une des premières entreprises américaines : Google ? Alors que les gouvernements nord-américains ont soutenu quasiment jusqu’au bout l’apartheid ? Et est-ce aussi ce « nègre des champs » qui se fait applaudir par le « nègre de maison » qu’est Obama ? Barack, l’imposteur : essentiellement élu sur base de la couleur de sa peau et de ses formidables capacités d’acteur hollywoodien…

Le premier président métis des USA tenta désespérément de rencontrer peu avant sa mort celui qu’il l’a, soudain, « tant ému ». Des semblants de sourires ont dû se dessiner sur les visages de la famille Mandela lorsqu’ils lui ont répondu : « Non,  Monsieur le Président, malheureusement, ce ne sera pas possible : Madiba est malade ». La vérité est que le lion Mandela renâclait à l’idée de serrer la  main du sosie politique de Michael Jackson … Comment Mandela, malade, aurait-il pu supporter de voir Barack, l’esclave « noir » au service d’une Amérique blanche, s’agenouiller devant lui alors que, toute sa vie, il a refusé de subir pour lui-même cette infamie ?

Tous ces hypocrites n’ont-ils pas honte ? Ils devraient, pourtant.

Car l’actuelle adoration de la majorité des politiciens occidentaux vis-à-vis de Mandela relève de la mascarade honteuse. Celui qui fut désigné comme un «terroriste », un « allié des communistes », devient soudain un « héros », un « symbole ». Du grand cinéma sur fond d’amnésie politique !

En premier lieu, chez nous, en Belgique. Exemple : Jean Gol, ex-ministre de la justice, éternel complice du tyran congolais et pro-apartheid Mobutu, mentor du député européen Louis Michel, lui-même paternel de l’actuel président du MR (Mouvement Réformateur), Charles Michel. Jean Gol, donc, fut l’un des principaux hommes politiques belges à considérer Nelson Mandela comme une « menace terroriste ».

N’oublions pas non plus le lobby pro-apartheid au Parlement belge, agissant sous le nom de Protea. Parmi ses membres-fondateurs, on pouvait compter 18 députés du CVP (Christelijke Volkspartij – ancêtre de l’actuel CD&V) ; 18 parlementaires et responsables de la Volksunie (le parti nationaliste flamand dont est issu l’actuel N-VA de Bart De Wever) et 8 parlementaires du PVV (Partij voor Vrijheid en Vooruitgang – l’actuel parti libéral Open VLD). [iv]

On se souviendra également du grand rôle que la Belgique a joué dans l’accès à l’arme nucléaire pour l’Afrique du Sud de l’apartheid ; en collaboration avec la France, les États-​​Unis, la République Fédérale Allemande (RFA), Israël et le Japon. Avant de devoir signer, suite aux multiples protestations, l’embargo international. Mais trop tard. Certes, l’Afrique du Sud a renoncé à l’arme atomique et signé le Traité de non-​​prolifération nucléaire mais elle reste l’unique pays africain à disposer d’une centrale nucléaire, située à Koeberg. Centrale qui fonctionne toujours avec l’aide des entreprises françaises …

A l’instar d’Ernesto Che Guevara, Salvador Allende et Patrice Lumumba, Nelson Mandela eut droit à l’effrayant sobriquet octroyé par le pouvoir dès qu’on tente de le faire tomber : terroriste. Pendant longtemps, ces ardents défendeurs de la liberté et de l’autodétermination de leur peuple furent en effet listés par le Congrès américain comme terroristes. Jusqu’en 2008, le nom de Nelson Mandela et celui de ses compagnons de l’ANC figuraient sur la liste des personnes à surveiller dans les bases de données de l’immigration américaine…

Dès lors, une question s’impose : les terroristes d’aujourd’hui sont-ils les héros de demain ?

Rappelons à nos politicien(ne)s amnésiques que, jusqu’au milieu des années 80, les « pères » de ceux qui saluent Mandela aujourd’hui jugeaient qu’il ne fallait « pas prendre de sanctions » contre l’Afrique du Sud car c’était « contre-productif » … Il fallut attendre l’immense succès planétaire du concert de Wembley en hommage à Mandela, regardé par  600 millions de téléspectateurs dans 67 pays, pour que les politiciens occidentaux voient dans l’« ex-terroriste », un « héros »[v]. Un retournement de veste qui fut surtout conditionné par la fin de la guerre froide. Contexte dans lequel l’Occident capitaliste n’avait plus besoin d’un pouvoir dictatorial blanc et anticommuniste à la tête de l’Afrique du Sud. Pour autant, le succès du  concert anglais de 1988 – relevant du « jamais vu » pour un prisonnier politique – contribua incontestablement  à accélérer les choses …

Dans l’actuel bal des faux-culs, sont évidemment appelés à jouer leur partition l’allié favori des politiques : les médias traditionnels. Pour rivaliser de vulgarité…  Notamment via cet attentisme sur la mort du héros, annoncée depuis plusieurs mois. N’ont-ils pas honte, eux aussi ? La production de cette lamentable série, aux multiples épisodes, jouant avec obscénité de la fin de vie d’un homme est indigne d’une information de qualité ! Obsédés par leur logique du scoop et du buzz, les médias de masse ont à nouveau fait preuve d’une double incapacité. A savoir : apporter un regard neuf et pertinent sur le parcours d’un progressiste, au lieu de cette espèce de feuilleton de télé-réalité morbide.

Les jeunes qui ont assisté à cette propagande sont-ils armés pour l’identifier et l’analyser ? On peut craindre que non. Et pour cause : à quand un enseignement scolaire de qualité sur l’histoire de l’apartheid et du combat pour son abrogation ? A quand une critique historique sur le soutien des Etats-Unis, du Royaume-Uni, d’Israël et de la France à la politique d’apartheid ? A quand une Histoire écrite non pas par les oppresseurs mais par les opprimés ?

Le combat d’une vie d’un homme debout mérite mieux que des engouements médiatiques largement hypocrites. Afin que la lutte de Nelson Mandela n’ait pas été vaine, il s’agit de mettre en œuvre une réflexion commune sur le sens de son combat. L’Histoire est censée nous fournir une expérience afin que jamais les horreurs du passé ne se reproduisent. Et malgré que les peuples et gouvernants, trop souvent, n’apprennent rien de l’Histoire, comme Mandela, il faut garder espoir.

Par Aurore Van Opstal, 07 décembre 2013

■ ■ ■

[i] Les bantoustans étaient les régions créées durant la période d’apartheid en Afrique du Sud et au Sud-Ouest africain, réservées aux populations noires

[iv] « Les Barbares. Les immigrés et le racisme dans la politique belge », éditions EPO

Faut il toujours obéir?

Publié: 20 avril 2013 par Page de suie dans Uncategorized
Tags:,
Licencié pour ne pas avoir coupé l’eau

Avignon, Marc, ouvrier, 48 ans, dont 20 chez Veolia, le premier opérateur des services de l’eau en France, a reçu une lettre de licenciement datée du 4 avril 2013. Son employeur lui reproche son « refus de mettre en œuvre les fermetures de branchements faisant suite au non-paiement de facture ».

Il a été licencié début avril pour avoir refusé depuis 2006 de couper l’eau aux domiciles de personnes qu’il estimait défavorisées. Sa direction estimait de son côté qu’il s’agissait de mauvais payeurs. Le salarié licencié, qui dit ne rien regretter, a décidé d’engager une procédure devant le conseil des prud’hommes, a indiqué la CGT mercredi.

2656041_photo-1363793275596-2-0_640x280

En effet, depuis 2006, le salarié récalcitrant avait fait l’objet de plusieurs rappels de consigne, et des entretiens de conciliation avec la direction avaient été organisés. « Sur sa fiche de poste, il y a cette mission – de coupure de branchements – et nous sommes une société avec des règles, on ne choisit pas les tâches qu’on a envie d’effectuer », a indiqué le responsable Véolia pour le secteur Gard-Lozère-Alpes-Provence, Bruno Challoin. Ses refus de couper l’approvisionnement en eau nuisaient à l’organisation du travail, selon Veolia, et d’autres agents devaient procéder aux coupures non effectuées.

« J’ai vu des gens qui n’avaient plus rien! »

Depuis 2006, l’employé refusait en effet de procéder aux coupures du compteur d’eau de familles qui ne s’acquittaient plus de leurs factures et qu’il jugeait défavorisées. « J’ai vu des gens qui n’avaient rien chez eux, avec des enfants, et qui me demandaient de ne pas couper l’eau, de leur laisser un peu de temps pour se retourner. Ça peut arriver à tout le monde. Il faut faire un choix, nourrir ses enfants ou payer toutes ses factures », explique Marc sur Europe 1. « Ces grosses sociétés qui empochent de l’argent et redistribuent aux actionnaires sans préserver les clients et leurs employés, c’est scandaleux », dénonce-t-il encore.

Robinet-930x620_scalewidth_630

« Psychologiquement, il se refusait à couper l’eau. Il préférait négocier avec les familles, récupérait des chèques et leur conseillait de voir avec Veolia » pour épurer leurs dettes, explique le secrétaire général de la CGT du Vaucluse, Thierry Lapoirie. Selon ce responsable syndical, environ un millier de familles auraient été concernées par ces coupures non effectuées entre 2006 et 2013.

« Des mauvais payeurs »..?

Ces « coupures concernent des personnes mauvais payeurs », et non des foyers en difficultés, affirme de son côté Bruno Challoin, le responsable local de Veolia. « Les personnes défavorisées relèvent des services sociaux qui prennent en charge tout ou partie » des factures impayées comme le prévoit la loi, a-t-il ajouté.

————————————–

Combien de braves mecs, combien de femmes seules avec des gosses à élever, épuisé(e)s, abruti(e)s par un boulot de fou mal payé, sont touché(e)s par des coupures qui s’éternisent? Combien doivent expliquer à leur gosses qui rentrent de l’école… « qu’il n’y a plus d’eau dans la salle de bain ni dans la cuisine, plus de WC, plus de machine à laver, etc..! » Et ça c’est pour l’eau… mais n’oublions pas que les coupures d’électricité sont encore plus nombreuses!!! Et là, la liste s’allonge: « plus d’eau… chaude, plus de lumière, plus de frigo, plus de machine à laver, plus de GSM (chargeurs…), plus de cuisinière, plus d’ordi, plus de musique, etc..! ». sans oublier qu’une tranche importante de la population urbaine se chauffe également – totalement ou en partie – à l’électricité! Et puis, ce genre de situation n’arrive pas en « période faste », hein… si ils en sont là, ce n’est certainement pas parce qu’ils ont des finances florissantes!!! Bien souvent, on a déjà dû faire une croix sur bien des petits conforts, genre la voiture…

Malheureusement, ces courageux réfractaires, qui osent simplement dire « NON », ne sont pas légion, la majorité préférant obéir sagement et bêtement à ces multinationales qui font des milliards d’euro de bénéfices… Le jour où on leur demandera des comptes pour leur inhumanité, ils vous sortiront des conneries déjà entendues à l’époque des épurations post-vichy… « mais je n’ai fait que suivre les ordres, moi, môssieur!!! », « Il y a des lois, c’est pas pour les chiens… » On s’imaginerait que ce sont des salauds, des monstres ces types-là? Même pas, ce sont vos gentils voisins… ceux qui râlent quand l’essence augmente, qui râlent tous les soirs devant le JT, et qui ensuite mettent leurs pantoufles en attendant « The voice » ou le match à la tv…

J’en ai connu des vrais « salauds » – selon les « normes » de cette société – , arnaqueurs, voleurs, tricheurs and co… Je m’en rappelle particulièrement d’un, « sans foi ni loi », et bien lorsqu’il a été muté du service clientèle au service « récupération » de sa société, ça n’a pas duré trois jours… il a refusé de continuer quitte à être foutu à la porte illico, ce qui arriva! Mais il m’en parlait avec fierté, lui le « salaud », le « mauvais citoyen »! « J’ai vu en trois jours assez de misères pour une vie », me disait-il, « je sortais en leur laissant des sous pour payer la facture..! » 🙂

Est-ce vivre en homme ou en femme libre, digne et fier(e) de ses idées, que de rester esclaves à vie des désidérata de son employeur, de son administration communale, de l’état, de son conjoint, ou plus simplement de cette pseudo morale liée à notre éducation judéo-chrétienne à deux sous..? Quand est-ce que cette masse populaire va se décider à penser par elle-même?

Merci Marc,

Voir un précédant article sur le sujet: Citoyens collabos? …Ou pas? 

———————————

Edit Août 2014: En Belgique ça ne risquerait pas d’arriver…
Réducteur de débit sur votre compteur d’eau..? Racket?
« Avec ‘SÈME TA ZAD!’ nous voulons mettre en place, dès maintenant une communisation des terres et des pratiques. Nous prenons la terre et nous la garderons! »

Pas question de laisser le champ libre à Vinci. Plus d’un millier d’opposants – armé de bêches, de fourches, de pioches et autres outils, venant de tous horizons – au très hypothétique futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont organisé une manifestation, samedi 13 avril, sur la Zone à défendre. Au programme de la journée, nommée « SÈME TA ZAD! », plantations de pommes de terre, semis, montage de serre, poulailler, petits fruitiés, réfection de clôture, création de chemins pour ne pas abîmer les champs (éviter la police aussi…) et curage de fossés.

Bizarrement, aucune trace des barrages de flics!!! Ils ont dû choisir de faire profil bas, ou de faire comme si il n’y avait pas d’occupation militaire quand les médias débarquent… Dans le cortège au sud de la Zad, une « samba » suivait une banderole proclamant « Sème ta Zad, occuper, cultiver, résister ».

Malgré l’arrivée du printemps, c’est sous la pluie qu’un des groupes a emprunté la « RD281 », cette route barrée de chicanes depuis le début des tentatives d’expulsion en octobre 2012, où de multiples affrontements avec ces chiens de CRS ont eu lieu. « Avec les différents chantiers agricoles, nous renforcerons l’implantation dans la durée des occupations sur la Zad », a expliqué un porte-parole des camarades zadistes, monté sur une remorque, « Construire là où il veulent détruire, cultiver là où ils veulent bétonner », a-t-il proclamé..!

Dans le Sabot, une vingtaine de zadistes ont enrichi à l’aide de fumier un grand jardin maraîcher collectif. Dans un autre, à côté de nouvelles cabanes baptisées les 100 Noms, des rangs de pommes de terre et de fraisiers étaient plantés. Après avoir déjeuné autour de tentes de restauration collective, les zadistes se sont dispersés vers les différents ateliers de curage de fossés ou de réfection de clôture, certains chantiers prévus ayant dû être repoussés à cause de la pluie et de la terre détrempée. Au nord, où la ferme de Bellevue est occupée depuis janvier – par le collectif « Copain », regroupement d’organisations agricoles en lutte contre l’aéroport – pour éviter sa destruction, plusieurs centaines de zadistes se sont également rassemblés. Ils y ont fait la première fournée de pain sortie du vieux four en pierre qu’ils avaient remis en état il y a peu.

« L’hiver n’a pas été évident, les conditions climatiques, la fatigue, le stress… » […] « Là, on est au début du printemps, c’est plein de nouvelles énergies » [...] « peut-être qu’on va pas faire germer des graines mais on va faire germer plein d’idées qui vont durer des semaines ».

Une certaine « animosité » fut ressentie envers les collabos journalistes des merdias mainstream… Il parait que deux véhicules siglés des logos de la presse, ont eu leurs pneus dégonflés, la boue a fusée à plusieurs reprises sur une équipe télé, et au micro, il a été évidemment demandé aux « journalistes journaleux des médias bourgeois » de ne pas filmer les personnes présentes sans leur permission. On se demande pourquoi… 😉

Les photos de la journée « Sème ta ZAD! »  Purée, qu’est-ce que j’ai hâte d’y aller cet été..!!!

2723555_11-new 2723555_2-new 2723555_3-new2723555_4-new2723555_16-new 2723555_15-new 2723555_12-new 2723555_10-new2723555_9-new 2723555_8-new 2723555_18-new2723555_17-new

En bonus – pour ceux qui s’y rende bientôt… Le lien de la carte détaillée de la ZAD.

Tous au Larzac!

Publié: 8 février 2013 par Page de suie dans Coups de coeur
Tags:, , , , ,

Nous étions dans le sud-ouest entrain de contempler hilares notre « table de choure », il faisait 4-5°, des courants d’air comme des entre les oreilles d’un flic et le poêle à bois n’était prévu que pour le lendemain  🙂

Quand l’un d’entre nous lança: « si on se matait Tous au Larzac? Je l’ai sur le portable. »

Et bien je vous assure que regarder « Tous au Larzac » en grelottant, en grignotant des toasts au foie gras (je sais, c’est pas bien le foie gras… mais dans le sud-ouest c’est tentant! Hé puis on l’a piqué, na!), des saucissons du pays et avec quelques ééénormes pétards, c’est géant! Je vous le conseille, à essayer au moins une fois.

Voici le lien pour le regarder en streaming (ou le télécharger) sur Filmonde.com: TOUS AU LARZAC

original_568012

L’histoire d’un combat victorieux: Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José… sont quelques uns des acteurs, drôles et émouvants, d’une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’Etat, affrontement du faible contre le fort, qui les a unis dans un combat sans merci pour sauver leurs terres. Un combat déterminé et joyeux, mais parfois aussi éprouvant et périlleux. Tout commence en 1971, lorsque le gouvernement, par la voix de son ministre de la Défense Michel Debré, déclare que le camp militaire du Larzac doit s’étendre. Radicale, la colère se répand comme une trainée de poudre, les paysans se mobilisent et signent un serment : jamais ils ne cèderont leurs terres. Dans le face à face quotidien avec l’armée et les forces de l’ordre, ils déploieront des trésors d’imagination pour faire entendre leur voix. Bientôt des centaines de comités Larzac naitront dans toute la France… Dix ans de résistance, d’intelligence collective et de solidarité inébranlable, qui les porteront vers la victoire.

Citoyens collabos? …Ou pas!

Publié: 1 février 2013 par Page de suie dans Articles
Tags:, ,
De tous temps, les gouvernants de tous bords, n’ont du leur efficacité et leur longévité, qu’à la servilité et la collaboration active d’une grande part de la population.

Exemple premier… « Reprise individuelle »

Hier, je faisais tranquillement mes courses dans un Carrefour market. Et ce jour-là – réflexe idiot de début de mois – je n’avais rien volé. Malheureusement ce n’était pas le cas de la vieille dame qui était devant moi à la caisse… Mal lui en prit, car la jeune caissière lui demanda d’ouvrir son sac réutilisable – c’était celui dans lequel elle allait mettre ses maigres achats – et là, oh surprise, elle se rend compte qu’il y a deux sacs l’un dans l’autre, et que… ben oui, quelques beaux morceaux de viandes préemballés se trouvaient dissimulés entre les deux.

Court instant de « flou », mais le premier moment de surprise passé, et sans hésitation aucune, elle questionne la vieille dame sur la présence de viande à cet endroit – comme si ce n’était pas évident – et commence à chercher du regard une responsable. Tout ceci s’étant passé très discrètement – la dame faisant preuve d’une grande habileté à éluder les questions de la jeune kapo caissière sans faire d’esclandre – , je me penche avec mon plus beau sourire vers la caissière, et lui glisse assez bas l’air de discuter de banalités: « mademoiselle, vous remarquerez que nous sommes les deux seules personnes à avoir saisi la situation. On pourrait faire comme si de rien n’était et vous pourriez pointer les quelques articles de madame en oubliant cette nourriture tombée entre deux sacs, voire lui laissé payer la viande comme elle se le propose… 🙂 « 

OUFTI!!! Que n’avais-je dis là!!! Son sens de l’honnêteté maladif, sa fidélité pathologique envers son patron ne fit qu’un bon, elle hélla sa chef qui passait au loin et lui exposa sèchement la situation, vous devinez aisément la suite… la vieille dame très digne encaissait et attendait le retour de l’unterscharführer femelle la responsable, qui allait vérifier les étiquettes à la boucherie.

Comme elle du quand même pointer mes nombreux articles – début de mois oblige – j’ai profité de ce temps pour lui faire remarquer la bassesse de son acte, bien plus vile que celui de la vieille dame et qui ressemblait à s’y méprendre à de la collaboration avec un patronat qui se fichait bien d’elle et la remplacerait à la première occasion malgré sa fidélité imbécile. « J’ai profondément honte pour vous et votre manque de compassion pour cette  dame, qui préférerai certainement pouvoir acheter dignement cette viande » (quoique pour moi le vol n’a rien d’indigne) lui dis-je, et elle de me répondre que « si on laissait passer ce genre de chose, c’était la porte ouverte à la ruée et la fermeture de son cher stalag magasin… » […] « et puis, c’est interdit… ». Avec de tels raisonnements, on ose imaginer qu’elles auraient été ses activités en ’42..!

Exemple deuxième…

Par cette froide période hivernale, en grand arnaqueur devant l’éternel – loin de moi d’être croyant, c’est une figure de style -, je roule mon fournisseur d’électricité dans la farine depuis dix ans en faussant les relevés que je lui communique et ne paye plus mes factures depuis 18 mois – non, je vous donnerai pas mon truc, na! – , et j’ai malheureusement laissé passé ou ignoré le mauvais recommandé! Bref, celui qui me signalait le deuxième passage de ORES pour placer un hypothétique compteur à carte – ce à quoi j’ai la parade… quand je suis présent et prévenu de leur passage. Mais ce n’était pas mon jour et ce brave ouvrier de chez ORES ne se posant pas de questions sur les températures nettement négatives, et la possibilité que je me chauffe, me lave et cuisine à l’électricité, – heureusement que le stock de bois était full – obéit à ses instructions et coupa physiquement et irrévocablement la fourniture d’électricité à l’extérieur! « Aaah, j’ai fait ma B.A. (bad action) du jour, suis content, j’aurais de l’avancement!? » Premier maillon.

Je vous passe les négociations avec ORES… intraitable sur la législation: « Mais môssieur! C’est la loi! Trouvez un nouveau fournisseur et on rebranche sous 48 h. » Deuxième maillon.

Oublions aussi les deux pignoufs qui sont venus après une – longue et pénible – semaine, où nous avons redécouvert les joies de l’éclairage aux bougies… Et qui sont restés totalement imperméables à mes arguments sur la désobéissance civile et sur  les « robins des bois d’EDF » en France, qui refusent au risque de sanctions et/ou de  licenciements, de couper l’électricité en hiver, qui font semblant de le faire, ou qui le font et reviennent après journée pour rebrancher les familles coupées l’après-midi. « Ouais mais nous, on nous a dit de couper… on coupe, hein »[…] « c’est notre boulot on obéit. » On s’attendrait a entendre une excuse pareille dans la bouche d’un fumier d’huissier, mais dans celle d’un travailleur qui touche à peine plus que mon chômage, ça fait bizarre! Ce doit-être le genre d’excuses bateaux qu’on entendait à Nuremberg… Troisième maillon.

Robins-des-bois-electricite-compteur-EDF

Bref, sans cette masse d’esclaves serviles et lobotomisés, aucun gouvernement ne tiendrait… on a encore du boulot si on veut les conscientiser à la lutte des classes et à la possibilité de s’autogérer sans tous ces parasites, capitalistes, prélats et politicards. Oublions cette morale catho-bobo qui veut que mentir, tricher et voler c’est pas bien..! C’est pas elle qui vous empêchera d’avoir honte devant la glace.

« Quand la règle du jeu est déshonorante, les tricheurs sont ceux qui la respectent »