Quid de la législation cannabis en Belgique..?

Publié: 19 mars 2015 par Fernand Naudin dans Articles
Tags:, ,
Les journaux en avaient fait des choux gras il y a quelques mois…

titres journaux cannabis... du vent!

Qu’en est-il réellement, une fois passé ces effets d’annonce? Ce gros con facho de Bart de Wever va-t-il nous obliger à revenir au moyen-âge? A renouer avec les ruelles sinistres et tout ce qui va avec l’achat de beu à la sauvette..?

Accord de gouvernement  versus  circulaire 2005 ?

Comme vous l’avez tous entendu, la NVA via Bart de mes deux, a obtenu que l’accord de gouvernement comporte une mention sur la fin de la tolérance pour ces sales drogués gauchisss et autres parasites basanés..!

Qu’en est-il réellement dans la pratique? Y-a-t-il du changement pour la plantation, la possession de beu?

En fait, cet « accord de gouvernement » n’est qu’un catalogue d’intentions de ce qu’un gouvernement s’engage à réaliser durant les années de sa mandature. Ce gouvernement ne réalisera parfois pas l’ensemble de son accord ou parfois il fera davantage, en fonction des nécessités… Donc, un « accord de gouvernement » n’a aucune valeur juridique. A ce jour, nous n’avons aucune information en notre possession qui indiquerai que la circulaire de 2005 ne serait plus d’application. »  – Infor drogues BXL

Hé oui, cette circulaire « cannabis » est belle et bien toujours d’actualité et applicable… n’en déplaise aux taches de la NVA.

En clair cela signifie que RIEN, dans l’état actuel de la législation ne permet de vous empêcher de cultiver un plant de cannabis! La possession de trois grammes et d’un plant par personne majeure est toujours d’application. D’ailleurs, la voici en toute lettre cette fameuse circulaire:

SERVICE PUBLIC FEDERAL JUSTICE 25 JANVIER 2005. – Directive commune de la Ministre de la Justice et du Collège des procureurs généraux relative à la constatation, l’enregistrement et la poursuite des infractions en matière de détention de cannabis.

A. Introduction

A la suite de l’arrêt de la Cour d’arbitrage du 20 octobre 2004, publié au Moniteur belge du 28 octobre 2004, lequel a annulé l’article 16 de la loi du 3 mai 2003 modifiant la loi du 24 février 1921 concernant le trafic des substances vénéneuses, soporifiques, stupéfiantes, psychotropes, désinfectantes ou antiseptiques et des substances pouvant servir à la fabrication illicite de substances stupéfiantes et psychotropes, des instructions similaires provisoires ont été récemment diffusées dans chaque ressort. Elles concernaient les poursuites en cas de détention par des personnes majeures de quantités très limitées de cannabis.

Il s’agit des instructions suivantes :

  • La circulaire du procureur général près la cour d’appel de Bruxelles du 16 décembre 2004;
  • la circulaire du procureur général près la cour d’appel de Gand du 30 novembre 2004;
  • la circulaire du procureur général près la cour d’appel de Mons du 27 décembre 2004;
  • la circulaire du procureur général près la cour d’appel d’Anvers du 17 décembre 2004;
  • la circulaire du procureur général près la cour d’appel de Liège du 29 octobre 2004

B. Portée

1. La présente directive commune confirme les dispositions des circulaires qui ont été diffusées par les différents procureurs généraux.

Afin de faciliter l’application de ces dispositions, ces circulaires sont remplacées par la présente directive commune qui comprend aussi un complément relatif à la constatation et à l’enregistrement de certaines infractions à la législation sur les drogues.

La présente directive commune ne modifie pas les dispositions de la directive ministérielle du 16 mai 2003 relative à la politique des poursuites en matière de détention et de vente au détail de drogues illicites qui ne sont pas liées à l’article 16 de la loi du 3 mai 2003, annulé par la Cour d’arbitrage.

La présente directive commune entre en vigueur le 1er février 2005. C. Directives concernant les poursuites

1. La détention, par un majeur, d’une quantité de cannabis à des fins d’usage personnel, sera, comme par le passé, considérée comme relevant du degré de priorité le plus bas de la politique des poursuites, sauf si cette détention est accompagnée de circonstances aggravantes ou d’un trouble à l’ordre public.

2. Comme le prévoit la directive ministérielle du 16 mai 2003 relative à la politique des poursuites en matière de détention et de vente au détail de drogues illicites, la quantité de cannabis détenue par une personne majeure, considérée, à défaut d’indice de vente ou de trafic, comme relevant d’un usage personnel, sera de 3 grammes maximum ou d’une plante cultivée.

On se réfère à ce sujet à l’article 26bis, 2°, de l’arrêté royal du 31 décembre 1930 réglementant les substances soporifiques et stupéfiantes et relatif à la réduction des risques et à l’avis thérapeutique, tel qu’inséré par l’arrêté royal du 16 mai 2003, qui détermine les infractions qui appartiennent à la « première catégorie », à savoir les infractions d’importation, de fabrication, de transport, d’acquisition et de détention de substances soporifiques et stupéfiantes, ainsi que la culture de plantes de cannabis, pour l’usage personnel.

3. Les circonstances aggravantes sont celles mentionnées à l’article 2bis de la loi du 24 février 1921. Les circonstances qui constituent un trouble à l’ordre public sont :

  • la détention de cannabis dans un établissement pénitentiaire ou dans une institution de protection de la jeunesse;
  • la détention de cannabis dans un établissement scolaire ou similaire ou dans ses environs immédiats. Il s’agit de lieux où les élèves se rassemblent ou se rencontrent, tel qu’un arrêt de transport en commun ou un parc proche d’une école;
  • la détention ostentatoire de cannabis dans un lieu public ou un endroit accessible au public (p. ex. un hôpital).

Le procureur du Roi tiendra compte des circonstances locales et donnera, le cas échéant, des directives plus précises. En vue du maintien adéquat de l’ordre public et en tenant compte de la capacité des services de police, chaque procureur du Roi peut diffuser une directive particulière en cas de rassemblement de masse. Cette directive provisoire et spécifique doit viser un événement bien précis et être motivée par les circonstances propres à cet événement (p. ex. un festival rock).

D. Directives concernant la constatation et l’enregistrement

1. La constatation de la détention par une personne majeure d’une quantité de cannabis ne dépassant pas 3 grammes ou d’une plante de cannabis, destinées à l’usage personnel, sans circonstance aggravante ni trouble à l’ordre public, ne donnera lieu qu’à la rédaction d’un procès-verbal simplifié (PVS). Dans tous les autres cas, un procès-verbal ordinaire sera rédigé.

2. Dans le procès-verbal simplifié, seules les données suivantes seront reprises :

  • numéro de notice
  • lieu et date des faits
  • nature des faits (type et quantité du produit)
  • identité complète de l’auteur
  • résumé de sa version des faits.

3. Les procès-verbaux simplifiés seront conservés sur support électronique au service de police qui a fait la constatation.

4. Une fois par mois, les procès-verbaux simplifiés seront transmis, au moyen d’un relevé, au parquet du lieu où la constatation a été faite.

5. Les procès-verbaux simplifiés ne seront pas introduits dans le système TPI/REA. Comme il ne s’agit pas de dossiers du parquet, ils n’appartiennent pas au flux d’entrée, au stock ou au flux de sortie des parquets. Ils ne seront, dès lors, pas comptés dans les statistiques du parquet.

6. Les infractions qui, dans le cadre de la présente directive, seront enregistrées dans un PVS, ne donneront pas lieu à une saisie des substances stupéfiantes. Ces dernières pourront donc rester en possession de l’intéressé. Si celui-ci en fait abandon volontaire, ces substances seront détruites sans délai par le responsable désigné à cette fin dans le service de police concerné.

Bruxelles, le 25 janvier 2005. La Vice-Première Ministre et Ministre de la Justice, Mme L. ONKELINX

Le procureur général près la cour d’appel de Bruxelles, président du Collège des procureurs généraux, A. VAN OUDENHOVE Le procureur général près la cour d’appel d’Anvers, Mme Ch. DEKKERS Le procureur général près la cour d’appel de Mons, G. LADRIERE Le procureur général près la cour d’appel de Gand, F. SCHINS Le procureur général près la cour d’appel de Liège, C. VISART de BOCARME

source: http://www.ejustice.just.fgov.be

■  ■  ■

Bref, l’accord de gouvernement… c’est du flan, et quant au manneke Bart, on lui pisse à la raie joyeusement, en roulant nos pétards..!

Sur ce… il est méchamment temps de penser à semer, bouturer and co., hein. 🙂

stock-footage-marijuana-joint-burning-a-marijuana-filled-joint-burning-on-the-edge-of-a-wooden-ashtray-jars
■  ■  ■

Et pour nos potes français…   Je veux que l’État cesse de me menacer de prison parce que je fume!

■  ■  ■

Édit de décembre 2015:

Comme de nombreux pays, Le Canada va devenir le premier pays du G7 à légaliser le cannabisSera-t-on les derniers en Europe à dépénaliser et légaliser le cannabis?

Édit de avril 2017:

Plus de tolérance quant à l’utilisation du cannabis à des fins thérapeutiques?
Fedito asbl    &     Levif.be

Publicités
commentaires
  1. Anonyme dit :

    bart fdp

    J'aime

  2. Anonyme dit :

    Bart étant de la NVA, et donc dit d’ « extrême droite », et connaissant la pensée générale « droit de l’hommiste » en Belgique, ces idées d’ « extrême droite » ont heureusement souvent beaucoup de mal à passer. Bart pourra, peut-être, exceptionnellement, l’appliquer dans son fief, malheureusement pour les Anversois. Et comme c’est un vrai connard, il ne vous dira jamais rien sur les problèmes engendrés par l’alcool et, à ce que je sache, les Alcooliques Anonymes ne sont pas des réunions Tupperware…Un faux-cul quoi, mais en la matière, il n’est pas le seul, loin de là…

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    Et en matière d’hypocrisie, la dépénalisation en est une également :

    Comment fumer quelque chose qui est interdit de production et de vente ? Ca tombe du ciel comme la manne dans la Bible ?

    => une seule solution : la légalisation, comme pour l’alcool, c’est quand même simple non ? Apparemment non…

    J'aime

  4. Anonyme dit :

    En effet, il est grand temps qu’on se réveille sur un problème qui n’en est pas un. La légalisation du Cannabis! Pourquoi diaboliser autant une plante naturelle ? Ce qui m’agace le plus, ce sont les médecin et leurs usines à bonbons ( pilules sorry ) un commerce bien juteux aussi. Je doute malheureusement, qu’il y est une suite favorable en Belgique pour le moyen/long terme. C’est bien dommage car cela remplirait les caisses de l’état 😦

    J'aime

  5. Page de suie dit :

    Idem sur ejustice.just.fgov.be

    Un plant par majeur, sans circonstances aggravantes, 3 gr/pers. majeure, PV simplifié, pas de saisie…

    Des gamins de 20 ans ont le droit d’acheter un samedi soir des casiers de bières et des bouteilles de rhum bon marché… et de se tuer en voitures, de battre leurs copines, de devenir des dangers publics agressifs! Bref, les effets habituels de l’alcool, mais si ils sont pris en possession d’un pacson de 30€ de beu… crac! Arrestation, cachot, tribunal and co. Débile!

    J'aime

  6. It’s enormous that you are getting thoughts from this article as well as from our discussion made here.

    J'aime

Donnez votre avis (pas d'identifications requises)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s