Articles Tagués ‘police’

Des milliers de policiers s’échangent des messages racistes sur un groupe Facebook


Dans un groupe Facebook privé, réservé aux « forces de l’ordre » et qui compte plus de 8.000 membres, des flics et quelques gendarmes postent de nombreux montages, messages et commentaires racistes, sexistes, homophobes et des appels au meurtre. 

Sur « TN Rabiot Police Officiel« , ces crapules racistes montrent le vrai visage des « forces de l’ordre ». Ceci dit, cela n’étonne que le naïfs ou les faux-culs, ça n’a jamais été un secret pour personne qu’ils sont pour la plupart homophobes, racistes, sexistes and co. votant pour le FN/RN… (Rappel la police sous Vichy, les algériens jeté dans la seine, Malik Oussekine, etc…) Hé non, on ne parle plus de cas isolé ici, mais bien de MILLIERS de flics et gendarmes, imaginez le scandale s’il s’agissait de profs ou de facteurs… mais la sacro-sainte police, pas touche!  Il est temps d’ouvrir les yeux sur la réalité.

Sources : (cliquez sur les liens)

Des milliers de policiers s’échangent des messages racistes sur un groupe Facebook – streetpress.com

Messages racistes de policiers sur Facebook : Christophe Castaner saisit la justice – francetvinfo.fr

——————– racisme bis ——————–

Alex, un policier de Rouen raconte comment le racisme gangrène son équipe, il a collecté les messages vocaux d’un groupe WhatsApp composé de 10 de ses collègues…

« Ce pays mérite une guerre civile raciale bien sale, il faut qu’ils crèvent ces chiens… » […] « J’attends qu’une chose, c’est que tous ces gens crèvent, je me dis que tous ces gens doivent crever, ça régénérera l’espère humaine et la race blanche » […] « Méfie-toi de l’eau qui dort, parce que moi j’ai des armes… » […] « Une balle dans la tête, t’es une merde de gauche tu mérites de mourir » […] « Y’a pas que la diversité qui va prendre cher, la gauche aussi, y va falloir éliminer ces fils de putes » […] « Les bougnoules, les nègres de services, les juifs » […] « C’est des putains de manouches et aut’gitans fini à la pisse dans une caravane quoi » …

Un florilège d’horreurs qui sont leur quotidien, préparez le sac à vomi :


Les policiers mis en cause, eux, exercent toujours au contact du public, selon le site d’investigation Médiapart. Ils ont été affectés à de nouvelles fonctions au sein de leur service, selon une source policière, et n’ont pas été suspendus. Leurs téléphones, contenant les messages, n’ont même pas été confisqués.  – L’Obs

Sources : (cliquez sur les liens)

Des conversations racistes de policiers dévoilées par Arte et Mediapart – nouvelobs.com

Des policiers tiennent des propos racistes, l’IGPN saisie – mouv.fr

Questions sur l’affaire des policiers de Rouen renvoyés en conseil de discipline pour des propos racistes sur un groupe WhatsApp – francetvinfo.fr

——————– racisme ter ——————–

Et de deux!!!


« C’est un mensonge! On n’a pas une police raciste en France, ça n’existe pas! » nous affirmait hier Christian Jacob (LR), avec une larme – de crocodile? – à l’œil… Ben tiens! Et vlan! 9.000 racistes de plus à la maison poulaga, à ce stade là ce ne sont plus « quelques brebis galeuses » mec. En fait dans ce cas, « l’exception qui confirme la règle »… se sont plutôt les bons policier-e-s qui l’ont dénoncé, et qui vont prendre cher par la hiérarchie et les collègues racistes! Et comme on dit: « ce n’est que la partie visible de l’iceberg »… Quoique ceux-ci, ont pris des précautions, puisque ce groupe Facebook – « FDO 22 unis » – est non seulement privé, mais masqué, et on y adhère que sur invitation – comme les groupes djihadistes ou pédophiles. Quand je pense à toutes les précautions que nous devons prendre au quotidien pour ne pas se ramasser un procès alors qu’on dénonce la vérité, c’est l’hôpital qui se fout de la charité, sales hypocrites! Tiens, à propos, où sont les modérateurs de facedebouc qui te bloquent ton compte si tu publies « L’Origine du monde » de Courbet?

Voici quelques exemples de la fine prose de ces couillons racistes – qui au passage s’offusquent grassement qu’on fasse un procès à leurs collègues du groupe « TN Rabiot Police Officiel » – , à propos du gamin de 14 ans lâchement tabassé par des flics au commissariat de Bondy :

« Bah voilà, il va rentrer dans le droit chemin. Car comme on dit, gentil n’a qu’un œil » […] « Fallait lui empéguer les deux yeux, ça aurait fait un antivol » […] « Bien fait pour sa sale gueule ! #Jesuistrottoir » […] « Encore une bavure (des parents pour avoir chié ce connard) » […] « S’il tout plé missiou moi pas volor » […] « Vu la tronche, c’est du rom de Serbie, ils en sont infestés dans les pays de l’Est. »

A propos du décès récent de Guy Bedos :

« Une merde de moins » […] « Un mongole anti flics » […] « Non, moi ça me réjouit, désolé je ne peux pas m’en empêcher. » […] « gaucho de merde, le fils est pire » […] « Il aimait surtout l’invasion des migrants en France »

Le policier – lui mérite d’être appelé policier avec un grand P et pas « flic de merde » – qui a alerté Streetpress se dit « écœuré » par ce qu’il a vu sur ce groupe. Mais aussi du racisme qu’il voit au quotidien dans les rangs de la police. « J’ai plein de collègues dans les contrôles qui disent : “Tiens, encore un bamboula” », s’indigne-t-il.

Sources : (cliquez sur les liens)

« FDO 22 unis », un deuxième groupe Facebook où des milliers de policiers échangent des messages racistes – streetpress.com

Racisme dans la police: l’existence d’un 2e groupe Facebook révélée – huffingtonpost.fr

——————– sexisme ——————–

Sexisme dans la police? Sans blague..? Des témoignages de femmes sur l’accueil dans un commissariat, édifiant…

Témoignages de sexisme, culture du viol et culpabilisation des victimes de la part ou au sein de la police , répertorié sur : Paie ta police (j’ai honte de devoir le préciser pour les racistes de service, mais la plupart de ces témoignages émanent de femmes blanches)

“Vous êtes sûre que vous ne l’avez pas un peu provoqué ? Un peu chauffé ?” […] “Tu sais il y a beaucoup de filles qui portent plainte pour viol pour ne pas dire à papa maman qu’elles couchent.” […] “Toute façon c’est pas si grave, il vous a pas violée.” […] “Ça ne m’étonne pas ! Les jolies jeunes filles comme toi viennent pour ça en général !” […] “Mais faut pas vous énerver pour ça, moi aussi quand je vois une belle paire de fesses je le dis à la demoiselle.” […] “Mais vous êtes vraiment sûre que vous n’étiez pas du tout consentante? Vous avez forcément fait ou dit quelque chose pour le provoquer.” […] “Ah mais comment étiez-vous habillée madame?” […] “De toute façon mademoiselle, une Française et un arabe, ça ne pouvait qu’arriver.”

Source : (cliquez sur le lien)

Paye ta police – tumblr.com

——————– Votes FN/RN ——————–

Barre à droite, toute!

Quelque soit l’organisme de sondage, la méthode utilisée, ou les résultats dans les bureaux de votes à proximité des casernes/commissariats, on tourne entre 51,5% et 58% des policiers, gendarmes et militaires qui votent extrême droite. Et ce pourcentage augmente jusqu’à 65% si l’on se concentre sur la police seule..!

Paroles de flics lors d’une interview : « Voter FN n’est pas encore illégal à ce que je sache, non..? ». D’après le Cevipof ils n’étaient « que » 30% en 2012, on assiste donc à une progression massive ces dernières années. Je veux bien qu’ils ne soient pas fute fute nos poulets, mais de là à confondre la république avec les idées nauséabondes de la blondasse… Simplement à gerber, ou révélateur de leurs valeurs. Y sont beaux tes flics Marine!

——————– la parole se libère enfin ——————–

Racisme dans la police : « C’est très, très loin d’être un phénomène isolé », dénonce un délégué du syndicat policier Vigi…

Pour le policier Noam Anouar, l’administration policière « adopte une attitude de complicité passive de tous ces actes racistes ». Le délégué du syndicat policier Vigi estime que « l’administration de la police adopte une attitude de complicité passive de tous ces actes, de toutes ces remarques racistes qui gangrènent notre institution ». Sur franceinfo, il dénonce « une tendance idéologique d’extrême droite qui se dessine de façon incontestable chez les policiers et dans la haute hiérarchie« . (rien de neuf, un certain Maurice Papon a été préfet de police de Paris pendant 8 ans, malgré ses antécédents de collaboration sous le gouvernement de Vichy…)

Quelle est la réaction de la hiérarchie lorsqu’elle reçoit un signalement de la part d’un policier honnête – de surcroit représentant de son syndicat – à propos de comportements racistes? A votre avis?

« J’en ai fait l’expérience. J’ai moi-même porté une affaire de racisme avec des éléments matérialisés devant l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Les individus dont il a été établi qu’ils étaient les auteurs de mails et d’échanges à caractère raciste ont été promus au grade supérieur et moi, j’ai été suspendu 24 mois, dont 18 avec sursis. Donc, en fait, l’IGPN et les autorités m’ont envoyé un signal très clair : on ne dénonce pas le racisme dans la police..! »

Faut oser quant même non? Le pire c’est que ça n’étonne personne. J’imagine bien les mecs de la hiérarchie : « Non mais c’est quoi ce métèque qui ose dire que des collègues blancs sont racistes..? Allez hop! Suspendez-moi ça fissa!!! »

« Il y a une omerta, une chape de plomb autour de cette question et quiconque s’aviserait de prendre la parole publiquement s’expose à des sanctions. »

Et ça ne risque pas de s’améliorer, car le préfet de police de Paris, Maurice Papon, pardon, Didier Lallement, dans un mail de soutien adressé aux 27.500 policiers de l’agglomération leur a envoyé à tous un quasi blanc seing :

«Je sais la peine qui est la vôtre devant les accusations de violence et de racisme, répétées à l’infini par des réseaux sociaux et certains groupes d’activistes» […] «Pour les citoyens français que nous sommes, une accusation ne suffit pas à faire une vérité. La police de l’agglomération parisienne n’est ni violente, ni raciste: elle agit dans le cadre du droit pour la liberté de tous» (sic), écrit-il. […] «je n’accepterai pas que quelques actions individuelles remettent en question le rempart républicain que nous sommes contre ceux qui rêvent de chaos et d’anarchie», selon une information de Mediapart confirmée par la préfecture de police à l’AFP.

Heuuu, ça me rappelle quelque chose… ah oui! : « The Lamestream Media is doing everything within their power to foment hatred and anarchy. – LAW & ORDER! » — Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

« Tout le monde le sait, le voit et le subit » : des policiers racontent le racisme dans leurs rangs.

Chez les forces de l’ordre, la prise de parole est rare. Mais, alors que les manifestations contre les violences policières et le racisme se multiplient, certains ont accepté de témoigner de leur expérience pendant leur carrière au sein de l’institution.

Un extrait parmi tant d’autre:

« Les propos racistes, c’est tout le temps. Tous les jours. » Stéphane, la quarantaine, est policier municipal depuis vingt ans, dans une ville moyenne du Sud-Ouest. Avant d’exercer ce métier, il a été médiateur de rue, pendant trois ans et demi. Il est devenu policier « pour aider les gens ». « Rapidement, je me suis rendu compte que c’était un milieu raciste. » Alors il tente, à son « petit niveau », de « changer les mentalités de l’intérieur ». « Pendant le confinement, on effectuait des contrôles d’attestation de déplacement dans les véhicules. Souvent, et naturellement, mes collègues excusaient les personnes blanches, les jeunes femmes, qui n’avaient pas leur attestation. Mais les personnes ‘de couleur’ étaient verbalisées! »

« policier municipal, dans une ville moyenne du Sud-Ouest », autrement dit une ville calme genre Figeac… C’est-à-dire sans « quartiers », sans délinquance urbaine, et dans la police municipale, même pas l’excuse d’être chez les cowboys de la BAC dans le 93!

Autre cas puant : Dans l’ancienne équipe de Samir, le mur du bureau était « placardé de photos de politiques d’extrême droite ». Souvenir similaire pour Stéphane. « Quand je suis arrivé dans mon premier commissariat, j’ai vu des autocollants du GUD, cette organisation activiste étudiante d’extrême droite qui sévissait dans les années 70-80, collés sur les casiers. J’ai été choqué que cela soit aussi ostensiblement affiché. » Le policier interpelle alors la gradée présente, qui, « très gênée », esquive le sujet avec un « Oh ça ? C’est rien ..! »

Sources : (cliquez sur les liens)

Racisme dans la police : « C’est très loin d’être un phénomène isolé », dénonce un délégué du syndicat Vigi – francetvinfo.fr

Le préfet de police de Paris dénonce les « accusations de violence et de racisme » – mediapart.fr

« Tout le monde le sait, le voit et le subit » : des policiers racontent le racisme dans leurs rangs – franceinfo.fr

■ ■ ■

Violences policières : la discrimination dans la police « est un fait qui est très bien établi « , explique un chercheur du CNRS..!

On pourrait continuer ainsi des heures… Je laisse donc le mot de la fin au sociologue Sébastian Roché, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des questions policières et de sécurité… donc, pas un sale gauchisss comme « ils » disent!

Source : (cliquez sur le lien)

Violences policières : la discrimination dans la police « est un fait qui est très bien établi », explique un chercheur du CNRS – franceinfo.fr

■ ■ ■

Et au passage… un grand merci aux camarades de Streetpress pour leur excellent travail, – et à ces rares vrais policier-e-s – c’est avec un plaisir non dissimulé que je partage ces informations. Et par la même occasion… merde à tous ces fumiers racistes, je vous souhaite bien du bonheur avec la justice – s’il y en a une..!

Fais ton choix camarade, mais laisse tranquille les autres!

Texte de , publié le

blac block molotov

Libre à chacun de lutter comme il l’entend face à la violence du pouvoir et de ses serviteurs zélés. Parmi les formes de résistance, la non-violence est un choix tout à fait respectable qui peut revêtir des façons d’agir très diverses. Parallèlement, d’autres, parmi nous, font parfois le choix de la violence dans la lutte, à divers degrés, tout en désirant pareillement une société non-violente où les mots liberté, égalité et fraternité ne seraient plus réduits à une illusoire décoration masquant la réalité quotidienne de la domination, de la misère et de l’oppression.

Malheureusement, parmi les partisans de la non-violence, la mode est, de plus en plus, à la condamnation sans appel des autres formes de lutte. Certains caciques, soigneusement apprêtés et préparés, sont même devenus des spécialistes du genre, distribuant les bons et les mauvais points, sans jamais descendre eux-mêmes dans l’arène.

Pourtant, la moindre des choses serait, justement, que ceux qui ne prennent aucun risque, qui se contentent de parler, qui se gargarisent de leur prises de position dans les médias, qui se targuent de marcher docilement dans des manifestations sans abimer quoi que soit, et qui, bien sûr, se pressent au premier rang des innombrables pétitions à signer, que ceux-là aient au moins la décence de laisser librement lutter les autres.

Ces sempiternels chantres de la bienséance, ces bureaucrates syndicaux grassement payés par leurs adhérents smicards, ces professionnels de la politique passés de la lutte des classes à la lutte des places, tous ces prophètes du tabou de la violence révolutionnaire servent en réalité des intérêts contraires à ceux qu’ils sont censés défendre. Car ils se posent en tampons entre le pouvoir et ses opposants, en amortis des colères, en modérateurs des révoltes, appelant inlassablement au calme et à la discipline, et condamnant perpétuellement les casseurs, zadistes, saboteurs, faucheurs, squatteurs, tagueurs, émeutiers, anarchistes et autres révolutionnaires.

A ces bateleurs, je suggère cette réponse :

« Vous qui revendiquez, tambour battant, la Révolution française, la Commune de Paris et la Résistance au nazisme, sans jamais avoir l’idée sinon le courage d’agir pareillement, ayez au moyen la décence et l’humilité ne pas donner de leçon à ceux qui osent prendre le relais de vos illustres exemples. Assez de pitreries et de rodomontades. Faites comme bon vous semble, mais pour ce qui est des anathèmes, taisez-vous. »

Yannis Youlountas

CRS roti molotov

 

Je crois qu’« espoir » n’est qu’un autre mot pour dire « lâcheté ». Qu’est-ce, au fond, que l’espoir ? Est-ce la croyance que les choses vont s’améliorer. Où la volonté qu’elles deviennent meilleurs ? Personne n’a jamais encore produit une analyse de l’acte d’espérer. Pas même Bloch. Il ne faut pas faire naître l’espoir, il faut l’empêcher. Car personne n’agira par espoir. Tout espérant abandonne l’amélioration à une autre instance. Mais dans une situation où seul l’agir individuel compte, « espoir » n’est qu’un mot pour dire qu’on renonce à l’action individuelle. »  Günther Anders

A lire :

Nos luttes peuvent-elles rester non-violentes ?
La non-violence est une idéologie au service du capitalisme
La violence : oui ou non : Une discussion nécessaire

 

Voici enfin la conclusion de cette ridicule affaire d’orgueil mal placé

Alors que même un sale type comme Théo Francken ne porte pas plainte lorsqu’on l’appelle « Fanckenstürmführer » à une heure de grande audience, sur une émission humoristique de la RTBF… notre pandore histérico-violent, place sa petite personne et son « honneur » (sic) si haut, qu’il s’est permis – au frais du contribuable bien sûr, puisqu’il ne paye rien – de faire dépenser une fortune en assignations, dépôt de partie civile, frais d’avocats – pas moins de deux, dont le médiatique et hors de prix Sven Mary – , convocations multiples, apostilles, devoirs d’enquête, recherches via les RG (ce bon vieux Nikita Philippi), deux chambres du conseil, deux chambres des mises en accusation, et j’en passe… Ce cirque a duré six ans!

Le plus marrant, c’est que non seulement Sven Mary n’a jamais daigné se déplacer en personne pour une cause aussi stupide que celle-ci, mais que, lors de la dernière chambre des mises, même le jeune avocat boutonneux qui le remplaçait… s’est fait remplacer à la dernière minute par un stagiaire, ne possédant pas le dossier et se contentant d’être présent. Demandant un report parce que Sven Mary, ayant eu d’autres chats – plus sérieux j’imagine – à fouetter, n’a pas eu le temps – encore une fois – de rédiger ses conclusions… comme c’était déjà l’excuse de la dernière fois, la séance ne fut pas reportée.

Sven mary avocat fantôme de Vandersmissen

Sven Mary, et la photo des fameux points de suture de 2016

Donc, en l’absence de baveux compétent, et pour le plus grand plaisir de l’assistance, ce fut Vandersmissen himself qui s’exprima… confondant audience et interrogatoire, ce fut un grand moment – pour nous –  de voir un VDS, vert de rage, devoir se dépatouiller seul et se couvrir de ridicule… même les magistrats ont esquissé un sourire à le voir se ridiculiser de la sorte.

Au final, la chambre des mises a confirmé la « judicieuse décision » de la chambre du conseil de ne pas poursuivre. Je vous invite à lire le résumé de cette première chambre du conseil ICI.

Bref, se promener avec une pancarte représentant Vandersmissen affublé de la mention « Obersturmführer Vandersmissen »… semblerait ne PAS être une calomnie, ni de la diffamation, NI une atteinte à l’honneur du pandore en chef, est-ce pour autant la réalité, je vous en laisse seuls juges..! Alors, cassation, or not cassation..? Il en serait capable…

Décidément, malgré une fureur procédurière chronique, les juges ne semblent soutenir aucune de tes actions en justices ces temps-ci… ne serais-tu plus en odeur de sainteté auprès du parquet Pierrot? Le vent tournerait-il..?

——————————————————-

Hé oui… Cassation pour VDS, et on repart pour une chambre du conseil, date non fixée. 2018?

 

Sale temps pour la zone de police Midi…

Flic grenades

Transparence et communication… aux abonnés absents!

La transparence n’est décidément pas le fort de la police bruxelloise, c’est le moins qu’on puisse dire..! Comment le porte-parole de la zone midi peut-il avoir le culot d’envoyer chier le journaliste qui vient aux nouvelles et de lui raccrocher au nez aussi sec? Pour qui se prends ce mec? Et cette scène surréaliste se reproduit à deux jours d’intervalle, avec le même flic et le même dialogue :

Contacté ce samedi, le porte-parole de la zone Midi nous a répondu fermement ne vouloir faire aucun commentaire sur cette affaire avant de raccrocher. […] Contacté par nos soins à ce sujet, le porte-parole de la zone Midi a déclaré ignorer le dossier avant de raccrocher. Tout comme il n’a voulu faire aucun commentaire sur une autre affaire embarrassante pour la zone, celle de ce policier arrêté en possession de grenades mercredi dernier à Schaerbeek„ –  dhnet.be articles de N.Ben du 09 et 10 avril

Ce flic, – transporteur de grenades – un certain Serge L. inspecteur à la brigade anticriminalité – où trois casiers ont été fracturés cette semaine – est libre! Pour rappel, il a été trouvé en civil, sur les lieux d’une fusillade, porteur de deux grenades et d’une cagoule dans sa voiture et aurait parlé à un des protagonistes de ladite fusillade peu avant… Mais « on » a jugé qu’il pouvait rester en liberté!!! Imaginons ce qui se serait passé si cela avait été l’un de nous..? Il dormirait simplement en taule. Et aux dernières nouvelles: « aucun lien n’a été établi avec le policier suspect, a précisé le parquet de Bruxelles. » Ben voyons, si c’est le parquet qui le dit…

Et ne parlons pas de ces deux flics appartenant aux divisions de Forest et Saint-Gilles, qui ont été arrêtés et mis sous mandat d’arrêt vendredi dernier dans le cadre d’un trafic important de stupéfiants…

C’est quoi encore la maxime? Ah oui, « Faites ce que je dis, pas ce que je fais! »

♦   ♦   ♦

Les articles:

Un policier arrêté avec des grenades à Schaerbeek – dhnet.be

Deux policiers de la zone Midi en prison pour trafic de drogue! – dhnet.be

Que faisait un policier bruxellois en civil près des lieux d’une fusillade avec une grenade dans son coffre? – rtl.be

Dans la même veine… sur Page de suie

Touche pas à mon flic, omerta à la belge?

Annemie, ta justice me fait gerber!

No Border Bruxelles… Cinq ans déjà et rien n’a changé